Voeux 2020

Publié le 5 janvier 2020 - Mis à jour le 28 avril 2022

Chers adhérents SFEN des Yvelines et du Val d’Oise,

Un sondage BVA d’avril 2019 (tout à fait fiable avec plus de 3000 personnes interrogées) révélait que 69% des français estiment que le nucléaire participe à la production de gaz à effet de serre. Parmi eux, 86% des 18/34 ans sont persuadés de l’effet néfaste de l’atome sur l’air.

Le rapport du député Aubert de 2019 révèle à nouveau que la politique de subventions mise en place  dans les années 2000 vers  l’éolien et le solaire n’a jamais eu  l’ambition de lutter contre le réchauffement climatique, mais simplement de diversifier les sources d’énergie (en réduisant sensiblement la part du nucléaire). Le rapport montre les sommes très importantes dépensées chaque année et évidemment leur impact nul sur la réduction des émissions de CO2 en France et donc sur la lutte contre le réchauffement climatique.

On continue allégrement auprès du public  à comparer le cout de production d’un kWh nucléaire avec celui d’un kWh éolien sans prendre en compte la pilotabilité respective. Les études récentes montrent que  même  les prix de vente ne sont pas comparables. Lorsque l’éolien produit en Europe, le marché de l’électricité s’effondre tandis qu’un anticyclone sans vent  génère des prix de vente du kWh nucléaire beaucoup plus favorables.

Bref, il y a un profond déséquilibre entre la perception et la réalité, un malentendu entre les objectifs et les attentes, une carence à expliquer la réalité. Le système éducatif, les medias, l’industrie ont chacun  leur part de responsabilité dans ce constat alarmant, sans oublier les idéologues anti nucléaires qui ont leur rôle. Alarmant car les décisions sur le renouvellement du parc sont annoncées pour 2022, c’est-à-dire demain.  Comment envisager des  décisions pertinentes engageant l’avenir, avec l’accord  devenu  indispensable et nécessaire de l’opinion publique, si elles ne s’appuient pas d’abord sur une  réalité partagée.

La SFEN s’attache sans relâche à sinon convaincre, au moins à apporter les éléments factuels qui peuvent servir de support incontestable aux décisions futures.

Notre groupe régional continuera en 2020 à œuvrer auprès du grand public, des médias et de nos représentants politiques pour préparer l’avenir du nucléaire.

Nous envisageons également cette année, en plus de nos activités habituelles, comme les conférences et les visites de sites industriels,   de vous proposer des débats/cafés dans le quartier de la Défense (notre groupe régional inclurait prochainement le quartier de La Défense et des Hauts de Seine) avec pour objectif de toucher à cette occasion un plus grand nombre de professionnels actifs du nucléaire.

Soyons fiers de notre industrie, de  son résultat final qui est un kWh sur, propre, disponible et compétitif financièrement, même si l’EPR de Flamanville a des difficultés de construction. Ne nous laissons pas abuser par les couleurs dont on affuble les énergies, par les oppositions artificielles entre renouvelable et fossile. Nous sommes une énergie décarbonée et c’est ce qui compte aujourd’hui. A nous tous aussi de le faire savoir.

En espérant vous retrouver nombreux à l’ occasion de nos prochains évènements sur notre secteur élargi, je vous adresse, avec les membres de notre comité,  mes meilleurs vœux pour 2020.

Jean-Louis TISON

Président SFEN du Comité d’action du groupe régional  Yvelines/ Val d’Oise.